Coopératives d’activités et d’emploi

logo_coopLorsque j’ai décidé de me lancer en indépendant, j’ai pendant plusieurs mois cherché un statut. Je souhaitais pouvoir facturer rapidement car j’avais des clients intéressés et j’avais en prévision un panel d’activités différentes (graphisme et webdesign, conception et développement web, réalisation multimédia, formation et conseil).
C’est à la chambre du commerce qu’on m’a parlé des coopératives d’activités et d’emploi.

Les coopératives d’activités et d’emplois sont des SCOOP (j’expliquerais dans un prochain post, les spécificité de ces sociétés), elles accueillent des entrepreneurs ayant des projets individuels (ou des projets impliquant quelques personnes).

Pour une personne souhaitant créer son entreprise, l’intérêt d’intégrer une coopérative d’activité est multiple.
D’abord le fait d’être accompagné, une équipe de permanents de la coopérative met en place des ateliers de marketing et de gestion et effectue un suivi individuel régulier. Le fait d’être en contact avec des gens qui ont des problématiques similaires permet d’échanger des méthodes ou outils et de rompre un isolement. Cet environnement permet de développer un réseau et de combler un éventuel déficit de culture entreprenariale (çà m’a vraiment servi. par exemple je n’avais jamais fait un devis ou vendu quoi que ce soit avant d’arriver à coopalpha. Et dans ces domaines j’ai pu être aidé et discuter avec d’autres entrepreneurs des problèmes rencontrés et des stratégies à mettre en œuvre).

L’intérêt porte aussi dans le fait de mutualiser différentes choses (assurances, matériels,…) et de participer à une dynamique collective (tous les entrepreneurs se réunissent une fois par mois pour partager un repas).

La coopérative d’activité correspond à une phase de démarage de 3 ans maximum qui peut amener à :
– stopper l’activité
– créer une entreprise (immatriculation)
– intégrer la coopérative d’emploi

Dans le cas de la coopérative d’activité, l’entrepreneur-salarié est salarié mais n’a pas de parts dans la coopérative.
Dans le cas de la coopérative d’emploi, l’entrepreneur a prouvé que son activité est viable (dans le cadre de la coopérative d’activité), qu’il a une certaine autonomie dans la gestion et l’apect commercial, il peut, si l’Assemblée Générale de la coopérative l’accepte, intégrer la coopérative « véritablement » en prenant des parts (au niveau du capital et du droit de vote à l’Assemblée Générale).
L’idée est donc de lancer et développer une activité souvent individuelle dans un cadre collectif tendant vers l’échange, la coopération et la mutualisation.

Si je maîtrisais mon métier de concepteur/réalisateur web et de formateur, j’avais de sérieuses lacunes en gestion et commerce, compétences majeures pour développer son activité.
J’ai donc intégré coop'alpha (coopérative d'activité et d'emploi basé à Lormont), il y a 2 ans. Cette structuration et cet environnement m'a permis de monter en puissance dans les domaines de la gestion et de la stratégie commerciale. De mettre en place une offre prenant en compte à la fois le marché et mes spécificités personnelles et professionnelles. De travailler avec d'autres entrepreneurs de la coopérative, de démarrer la mise en place d'un réseau.

+ d'infos sur les coopératives d'activités et d'emploi ici :
http://cooperer.coop/
http://www.entrepreneur-salarie.coop/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *