Cinéma et 3D à l’Utopia

« Cinéma garanti sans 3D » voilà ce qui est écrit sur le programme de l’UTOPIA, un cinéma indépendant de Bordeaux à la programmation et l’approche très intéressante.
Pour tout dire, j’adore l’utopia, le lieux, les informations qu’on y trouve, les films qu’on y voit, les ateliers, réunions d’informations, les débats et autres évènements qui s’y déroulent.
Mais je trouve vraiment mauvaise cette formule que je rapelle : « Cinéma garanti sans 3D ». La 3D serait l’équivalent des OGM pour la nourriture.
Certes, UTOPIA a expliqué qu’ils ne pouvaient pas équiper une salle en 3D car cela est hors de prix. C’est tout à fait compréhensible. Certes, aujourd’hui, la plus part des films existants en version 3D sont des grosses productions ayant des choix cinématographiques très orientées vers le succès commercial et aux directions artistiques parfois douteuses.

L’important c’est qu’est ce qu’un film a à raconter et comment il utilise le média vidéo pour le raconter. Et là, dans l’absolu, je ne vois pas pourquoi utiliser la technologie 3D serait un gage de mauvaise qualité. Je pense que dans les années à venir les cinéastes vont pouvoir utiliser la 3D pour donner un caractère plus immersif au cinéma d’auteur. La technologie devrait au fil des ans devenir plus accessibles aux cinéastes axés cinéma d’auteur et de même les cinémas indépendants auront surement les moyens de s’équiper en 3D.
Les cinéastes pourront alors adpater, réinventer une écriture cinématographique de qualité adaptée à la technologie 3D (que ce soit en vidéo filmée ou en image de synthèse).

Bref, je trouve dangereux et faux de sous-entendre que l’utilisation d’une technique engendre nécessairement une mauvaise qualité générale. Ce serait équivalent d’affirmer que toute musique qui utilise des sons électroniques est de la grosse soupe. Une telle affirmation concernant la musique, aujourd’hui, peut être clairement qualifiée de conservatrice. Or je ne pense pas qu’utopia soit une structure à tendance conservatrice. Je pense juste qu’ils ont mal choisi leur slogan.

vvvv – logiciel de création multimédia pour les installations artistiques et évènementielles

Développé par la société meso, VVVV est un logiciel qui sert à développer des applications multimédia pour les installations interactives et les projections vidéos. Il peut être particulièrement efficace dans le cadre de créations artistiques, muséographiques ou évènementielles.

Même si il gère son, vidéo, et de nombreuses entrées sorties (MIDI, OSC,…) VVVV est avant tout un environnement qui gère la 3D de mannière particulièrement efficace avec un moteur de rendu optimisé. A la manière de max/msp ou puredata, le développement d’application VVVV se fait au moyen de boites que l’on relie entre elles. Ces boites représentant des fonctions, et les traits les reliant sont les flux de données (un programme VVVV est appelé patch).

L’intérêt de ce logiciel est le temps réel, soit pour projeter un visuel contrôlé en temps réel soit pour proposer au public une installation interactive.

Le logiciel est aussi capable d’analyser en temps réel un flux vidéo provenant d’une caméra ou d’une source sonore.

Exemple d’utilisation de vvvv avec le module reactivision

VVVV est aussi capable de synchroniser (boygrouping) plusieurs machines (ayant chacune une application VVVV), les machines peuvent ainsi gérer un visuel de très grande résolution projeté sur différents écrans proches.

Exemple de visuels synchronisés au son sur plusieurs projections par le collectif digital slave :

Un autre exemple du même collectif avec une détection de mouvement (à partir de caméra) :

J’ai déjà effectué plusieurs tests avec VVVV, notamment avec des animations flahs car VVVV gère le format flash et interprète les scripts flash (en fait il intègre le player flash à son environnement). Je vais utiliser VVVV pour le spectacle « Temps qui tourne » et je souhaite aussi l’intégrer pour de futurs projets tels que des installations.

Le site de VVVV.

Exemple de patch VVVV :

patch VVVV

Taggalaxy, la galaxie de photos

taggalaxy

Taggalaxy est un site permettant de visualiser un ensemble de photos sous forme de planètes et de galaxies. Il s’agit en fait de photos présentes sur le site flickr.
A l’ouverture du site, vous devez saisir un mot-clé. Suite à la saisie de ce mot-clé, plusieurs « planètes » apparaissent dans un espace 3d. L’une de ces planètes représente le mot-clé saisi et les autres représentent des mots-clés que le site considère comme proche du mot-clé saisi. En cliquant sur une planète celle-ci s’agrandit et se recouvre de photos associées au mot-clé de la planète.
C’est donc un mode alternatif de navigation et de visualisation du contenu du site flickr qui est proposé. Une navigation qui est soignée avec des temps de chargement corrects ce qui rend l’utilisation du site fort agréable.

Le site développé en flash avec la librairie pappervision s’appuie sur l’API de flickr. Il montre le potentiel de la librairire pappervision et l’intérêt pour les services web 2.0 d’être ouverts, c’est à dire de proposer des API (ensemble de fonctions à destinations de développeurs extérieurs) permettant d’accéder à leurs contenus.

aller sur taggalaxy