Offre commune avec l’Atelier de Soi : un site web professionnel à votre image

Cela fait un petit moment que je connais Nathalie de l’Atelier de Soi qui travaille sur le Conseil en image & communication personnelle / Consulting image & identité professionnelle.
Je l’avais rencontrée il y a plusieurs années lorsqu’elle était passée par Coop’Alpha pour lancer son activité. J’avais trouvé son approche pour le conseil en image intéressante, j’avais aussi remarqué sa connaissance des outils numériques. Continuer la lecture de « Offre commune avec l’Atelier de Soi : un site web professionnel à votre image »

Mise en ligne du site de Promofemmes

Promofemmes est une association bordelaise, implantée dans le quartier Saint-Michel.
Elle assure des activités d’accompagnement, insertion, animation auprès de femmes d’origine étrangère.

Ce site est un premier travail (d’autres projets sont en cours) réalisé avec Pascale Mannant, qui comme moi est entrepreneure au sein de la coopérative coopalpha.
Pascale a travaillé sur la conception éditoriale et le graphisme, j’ai de mon côté assuré l’intégration/développement du site. Continuer la lecture de « Mise en ligne du site de Promofemmes »

une web-série et un web-doc réalisés par les étudiants du master cpi (Université Bordeaux 3)

klynt

Le master Création Production Image (ISIC, Université Bordeaux 3) est une formation polyvalente de haut niveau de deux ans (label Charte de qualité IUP), centrée sur l’acquisition de compétences et de savoirs liés à l’encadrement artistique et à la production de films (cinéma, télévision, multimédia). Depuis quelques années, ce Master est dirigé par Yann Kilborne qui intègre la problématique web (diffusion en ligne, transmedia, web-série, web-documentaire,…) aux enseignements de la production de film.
Continuer la lecture de « une web-série et un web-doc réalisés par les étudiants du master cpi (Université Bordeaux 3) »

Retours sur le festival Melting Code

openframeworks

Festival Melting Code

Le Festival Melting Code, organisé par les Morphogénistes,  s’est déroulé du 18 au 28 avril 2012 à Bordeaux et Talence. A mon sens, ce festival a correspondu à un vrai besoin d’événement pour la communauté de créateurs numériques de Bordeaux et d’ailleurs. Cet événement a été l’occasion de diffuser des créations artistiques qui disposent de peu d’opportunités de monstration (notamment les installations). Cela a aussi été l’occasion de présenter des projets en cours de création (là aussi, il y a peu d’opportunités pour faire cela). Enfin, l’accent a été mis sur de nombreux moments de pratiques et d’échanges (workshops, ateliers pour le jeune public, conférences…). Le programme était donc particulièrement riche surtout pour un événement disposant de très peu de moyens.
J’ai participé au workshop open frameworks à l’iboat, ainsi qu’à la soirée melting code live où j’ai présenté un travail en cours (Le projet « Du grain à moudre » dont je vous parlerais prochainement). J’ai aussi assisté à l’apéro codelab et visité l’exposition au projet CMH.

apéro codelab

Personnellement, je suis très content de ce festival. Le work in progress m’a permis de présenter mon projet en cours, d’avoir une dead line qui m’a poussé à bosser un prototype, de me rendre compte que mon propos artistique n’est pas encore clair et de recueillir des remarques et conseils. Le workshop Open frameworks m’a permis de m’initier à cet environnement de développement à fort potentiel. Plus globalement, j’ai pu échanger avec différentes personnes ouvertes à la création numérique lors du festival et cela a été enrichissant. Enfin, j’ai pu apprécier différents projets live, install ou projets en cours de créa.

openframeworks

Il me semble que l’événement a donc pu fédérer différents lieux ou créateurs bordelais et correspond vraiment à un manque dans le paysage de la création numérique en Aquitaine. Cela donne aussi un sérieux coup de booster sur Bordeaux en montrant qu’un tel événement est possible. Enfin et bien sur, il a donné un aperçu intéressant de la qualité, de la quantité et du potentiels des projets artistiques des membres du collectif Morphogénistes.

workshop openframeworks

Festival Melting code

L’association les morphogénistes organise le festival d’art numérique melting code du 18 au 28 avril 2012 à Bordeaux et Talence (33).
Melting code propose  Workshops/Ateliers, Conférences, Exposition, Soirées/Live pour partager la culture et les  Arts Numériques. C’est aussi l’occasion, pour Les Morphogénistes, de présenter le travail de membres du collectif et de manière plus générale de ses partenaires.

Toute la programmation, particulièrement riche en ateliers, est visible sur le site de l’évènement : http://www.meltingcode.net/

Faire le mur, photoblog de street art à Bordeaux

Avec Isa (ma compagne), nous avons entamé un photoblog avec des photos de street art notamment prises à Bordeaux. L’intérêt est de garder traces d’expressions et créations qui souvent disparaissent (de par leur caractère éphémère comme les collages ou bien à la suite des actions des services de nettoyage). L’idée est aussi de donner envie à tout un chacun d’observer ces créations qui sont nombreuses autour de nous, parfois ingénieuses, originales ou rigolotes mais que nous ne repérons pas forcément. Nous avons appelé ce blog Faire le mur, street-art à Bordeaux et ailleurs. Nous allons régulièrement mettre en ligne de nouvelles photos en fonction de nos trouvailles. Le musée est dans la ville et les photos sont sur Faire Le Mur, street art à Bordeaux et ailleurs

 

atelier « Quelle solution choisir pour mettre votre entreprise en ligne ? »

Je co-animerais un atelier conférence sur le thème « Quelle solution choisir pour mettre votre entreprise en ligne ? » à l’échangeur Bordeaux Aquitaine de La Chambre du Commerce et de l’Industrie de Bordeaux le 13 décembre 2011.

Cet atelier fera un Focus sur les 2 leaders du marché open « source », WordPress et Joomla et présentera avantages, limites, coût, degré d’autonomie, tout ce qu’il faut savoir sur ces solutions qui se sont imposées sur le marché du site internet. La société Agerix présentera le CMS Joomla et je présenterais le CMS Worpdress (Joomla et wordpress sont des solutions de  gestion de contenu web Open-source très répandues).
Si vous voulez en savoir plus sur ces solutions web ou plus généralement que vous vous  posez des questions sur comment vous y prendre pour réaliser ou faire réaliser le site de votre entreprise.
Rendez-vous le 13 décembre à 9h30 dans les locaux de la CCIB à BORDEAUX LAC, 10 rue René Cassin, Bâtiment C (Terminus ligne C du tram). et pour cela il faut s’inscrire ici :
http://mgm.bordeaux.cci.fr/Votre-CCI/Agenda/Nouvelles-technologies/Quelle-solution-choisir-pour-mettre-votre-entreprise-en-ligne

photo de Mykl Roventine

Cinéma et 3D à l’Utopia

« Cinéma garanti sans 3D » voilà ce qui est écrit sur le programme de l’UTOPIA, un cinéma indépendant de Bordeaux à la programmation et l’approche très intéressante.
Pour tout dire, j’adore l’utopia, le lieux, les informations qu’on y trouve, les films qu’on y voit, les ateliers, réunions d’informations, les débats et autres évènements qui s’y déroulent.
Mais je trouve vraiment mauvaise cette formule que je rapelle : « Cinéma garanti sans 3D ». La 3D serait l’équivalent des OGM pour la nourriture.
Certes, UTOPIA a expliqué qu’ils ne pouvaient pas équiper une salle en 3D car cela est hors de prix. C’est tout à fait compréhensible. Certes, aujourd’hui, la plus part des films existants en version 3D sont des grosses productions ayant des choix cinématographiques très orientées vers le succès commercial et aux directions artistiques parfois douteuses.

L’important c’est qu’est ce qu’un film a à raconter et comment il utilise le média vidéo pour le raconter. Et là, dans l’absolu, je ne vois pas pourquoi utiliser la technologie 3D serait un gage de mauvaise qualité. Je pense que dans les années à venir les cinéastes vont pouvoir utiliser la 3D pour donner un caractère plus immersif au cinéma d’auteur. La technologie devrait au fil des ans devenir plus accessibles aux cinéastes axés cinéma d’auteur et de même les cinémas indépendants auront surement les moyens de s’équiper en 3D.
Les cinéastes pourront alors adpater, réinventer une écriture cinématographique de qualité adaptée à la technologie 3D (que ce soit en vidéo filmée ou en image de synthèse).

Bref, je trouve dangereux et faux de sous-entendre que l’utilisation d’une technique engendre nécessairement une mauvaise qualité générale. Ce serait équivalent d’affirmer que toute musique qui utilise des sons électroniques est de la grosse soupe. Une telle affirmation concernant la musique, aujourd’hui, peut être clairement qualifiée de conservatrice. Or je ne pense pas qu’utopia soit une structure à tendance conservatrice. Je pense juste qu’ils ont mal choisi leur slogan.