site web de la performance multimédia Temps qui tourne

Je viens de mettre en ligne le site web de la performance multimédia Temps qui tourne. Cette performance spectacle dans laquelle je projette en temps réel des images graphiques aborde le thème du temps et des cycles humains et naturels. Je travaille sur ce projet avec la comédienne Solène Arbel et la musicienne Alba de Pablo Zamora. Nous mixons image numérique projetée, live audio (MAO) et voix.

aller sur le site de temps qui tourne

Nouveau catalogue de formations web

En attendant la mise en ligne d’un site web spécifique à mon offre de formation, voici un lien vers le catalogue de formation mis à jour.

Ces formations ont pour objectif d'amener de nouvelles compétences en interne aux entreprises afin de gérer un site, prendre en charge sa réalisation ou encore piloter un prestataire.
Elles s'adressent aussi aux professionnels de la communication et de l'informatique, souhaitant renforcer des compétences liées au web.
Les formations couvrent les domaines de la conception (cahier des charges, ergonomie), de la réalisation (HTML/CSS, dreamweaver, flash, WordPress, SPIP,...), de la gestion (mise à jour, référencement,...), de la création graphique (the gimp, fireworks) et de l'utilisation avancée d'internet (outils de veille, blog, fils RSS,...)

Ces formations sont adaptables, n'hésitez pas à me questionner sur des formations concernant des problématiques proches de celles proposées dans le catalogue.

Faisant partie de la coopérative coop'alpha, je dispose d'un numéro d'organisme de formation permettant d'intervenir dans le cadre du DIF (droit individuel à la formation).

Bonne Année 2010

Je souhaite à tout le monde mes meilleurs voeux pour 2010.

J'ai réalisé une carte de vœux animée en collaboration avec le sound designer Duk Prod.
vous pouvez l'écouter et la visionner ici.

Autocool – service d’autopartage à Bordeaux

autocool

Autocool, c'est un service d'autopartage que j'utilise depuis 2 mois. L’autopartage est un service de location courte durée (1h, 1 soirée, 1 WE), accessible 24h/24 et 7j/7 grâce à un réseau de stations urbaines proches de chez vous .
Ce système me permet d'utiliser ponctuellement un véhicule. Pour mon activité pro, cela est très intéressant car je n'ai pas de véhicule et j'en 'ai parfois besoin pour rencontrer un client ou bien me rendre dans les lieux où j'assure des formations.
Cette formule est efficace pour faire ses courses, honorer un RDV ou passer une journée en extérieur. En revanche, çà n'est pas intéressant pour bloquer une voiture pendant une semaine. L'intérêt est de s'en servir ponctuellement et de mutualiser le véhicule avec les autres utilisateurs du service.
Autocool est une coopérative à laquelle on doit adhérer (obligation de prendre une part au bout d'un an) pour utiliser les services d'autopartage.
Une fois l'adhésion effectuée, on a une carte qui nous permet d'emprunter une voiture sur toute le réseau de l'agglomération. Il est nécessaire de réserver le véhicule sur internet (c' est très rapide et on trouve souvent des véhicules libres). On se rend ensuite à la station où est parqué le véhicule, on ouvre celui-ci avec sa carte, on trouve dans le véhicule clés de contacts et papiers. On règle ensuite une facture en fin de mois en fonction de son utilisation (temps et km).
Je recommande vivement ce service qui est très efficace et éco-responsable 🙂

autocool2

conférence google adword

DSC_0732

J’ai assisté à une conférence de google la semaine dernière (15 oct 2009) à Cap Sciences à Bordeaux. Cette conférence baptisée « Google Adword Académie » s’adressait aux professionnels (Agence de com ou web et entreprises souhaitant référencer leur site ou encore ajouter des pubs sur leur site). L’essentiel des conférences ont présentées les services adword (annonces dans la partie « liens commerciaux » de google et dans les bannières de pub des sites partenaires de google) et adsense (permet d’ajouter des pubs) ainsi que les outils analytics (statistiques de site web), Insight Google (permet de tester des mots-clés). Car si google est le moteur de recherche le plus utilisé au monde, son chiffre d’affaire est essentiellement du à son service d’annonces commerciales. L’enjeu pour google est que de plus en plus de pro du webs et autres entreprises utilisent ses services payants. Cela explique une conférence avec plusieurs intervenants et les repas et collations gracieusement offerts.
La salle était archi-pleine (plus de 100 personnes, je pense) avec une majorité de membres d’agences de com ou d’agences web. Tout cela étant bien représentatif de l’engouement actuel pour tout ce qui est du domaine du webmarketing. Pour moi, la journée était intéressante, car si j’utilise déjà analytics et Insight, je n’utilise pas adword pour l’instant. L’utilisation d’adword a bien été décortiquée par les intervenants. Outre les fonctionnalités purement addword, c’est la méthodologie et l’interaction avec analytics qui était vraiment intéressantes.
A noter que Google est vraiment dans l’esprit start-up avec une équipe 100 % de moins de 30 ans avec un feeling plutôt cool (tutoiement facile et attitude physique pas forcément commerciale). Par contre, si les membres de l’équipe de google semblent être de jeunes passionnés qui s’épanouissent dans leur travail (le management original à la google mêlant l’épanouissement de l’individu avec l’esprit d’appartenance à l’entreprise transparait vraiment), ils expliquent (à priori de bonne foi) qu’ils ne connaissent pas les marges réelles que Google se fait sur les annonces (addsense + addword), que seuls quelques personnes connaissent la formule magique (tout comme l’algo du moteur de recherche google).

site web d’Evento « Rendez-vous artistique et urbain » de Bordeaux

Evento, c'est le nouvel évènement (biennale) de création contemporaine de la ville de Bordeaux.
Je ne vais pas trop m'attarder sur l'évènement en lui-même, j'y ai fait un tour samedi mais je n'ai pas une vision assez complète de la manifestation. Par contre, je vais faire une petite analyse du site web.

Malgré l'utilisation de wordpress qui permet de faire facilement des sites fonctionnels, adaptés à l'événementiel avec des ambiances et identités singulières, le site ne me semble pas à la hauteur.

Tout d'abord le site n'est pas vraiment agréable, l'utilisation d'une typo times et d'un jaune un peu fade sont plus que discutables (d'autant que couplé avec le rouge utilisé pour la com et le logo de l'évènement, çà ne fonctionne vraiment pas). On se demande pourquoi les typos et le noir utilisés pour l'affiche n'ont pas été repris. Et il y a un vrai manque d'éléments graphiques simples (lignes, pointillés, nuances de teinte,...) améliorant la séparation des différentes zones de la mise en page. Beaucoup de pages sont trés longues et nécessitent de scroller énormément, le découpage en plusieurs pages ou l'utilisation de javascript tels que des onglets ou de menus accordéons aurrait été plus adaptés.

Un seul mode de navigation est proposé, il s'agit de 3 listes déroulantes en haut à gauche (il y a aussi un moteur de recherche ce qui est plutôt une bonne chose). Ces listes déroulantes pas forcément agréables à utiliser comportent de nombreux items qui obligent à scroller à l'intérieur de la liste. L'idée d'avoir un lexique part d'une bonne intention, mais le contenu de ce lexique est peu parlant et n'incite donc pas à la navigation. Un nuage de tags aurait été d'un point de vue visuel plus accrocheur et aurait pu mettre en avant les mots (concepts) du lexique. La liste déroulante "production" regroupe à la fois les lieux (d'exposition et spectacles) et les dates (agenda), cela devrait être séparé et clairement visible sans avoir à effectuer une action sur l'interface.

L'affichage des photos aurait mérité un affichage plus interactif (galerie) que l'empilement vertical nécessitant le scroll et n'ayant bénéficié d'aucun habillage spécifique.
On peut aussi regretter la pauvreté au niveau des médias proposés (pas de vidéos ou d'extraits audios).

Au final l'identité visuelle et le mode de navigation ne véhiculent pas une image contemporaine, raffinée, et avant-gardiste, pour autant le site n'est pas vraiment fonctionnel. Et plus généralement, le site ne donne pas du tout envie d'aller à l'événement.

Evento en est à sa première édition, et tout ne peut être réussi lors d'une première. Gageons que le site internet de la deuxième édition d'Evento soit plus réussi.
(Une des meilleures solutions pour cela consistera à confier le travail à Monsieur Pixel, bien sur 🙂 )

eventovoie le site d'evento

Coopératives d’activités et d’emploi

logo_coopLorsque j’ai décidé de me lancer en indépendant, j’ai pendant plusieurs mois cherché un statut. Je souhaitais pouvoir facturer rapidement car j’avais des clients intéressés et j’avais en prévision un panel d’activités différentes (graphisme et webdesign, conception et développement web, réalisation multimédia, formation et conseil).
C’est à la chambre du commerce qu’on m’a parlé des coopératives d’activités et d’emploi.

Les coopératives d’activités et d’emplois sont des SCOOP (j’expliquerais dans un prochain post, les spécificité de ces sociétés), elles accueillent des entrepreneurs ayant des projets individuels (ou des projets impliquant quelques personnes).

Pour une personne souhaitant créer son entreprise, l’intérêt d’intégrer une coopérative d’activité est multiple.
D’abord le fait d’être accompagné, une équipe de permanents de la coopérative met en place des ateliers de marketing et de gestion et effectue un suivi individuel régulier. Le fait d’être en contact avec des gens qui ont des problématiques similaires permet d’échanger des méthodes ou outils et de rompre un isolement. Cet environnement permet de développer un réseau et de combler un éventuel déficit de culture entreprenariale (çà m’a vraiment servi. par exemple je n’avais jamais fait un devis ou vendu quoi que ce soit avant d’arriver à coopalpha. Et dans ces domaines j’ai pu être aidé et discuter avec d’autres entrepreneurs des problèmes rencontrés et des stratégies à mettre en œuvre).

L’intérêt porte aussi dans le fait de mutualiser différentes choses (assurances, matériels,…) et de participer à une dynamique collective (tous les entrepreneurs se réunissent une fois par mois pour partager un repas).

La coopérative d’activité correspond à une phase de démarage de 3 ans maximum qui peut amener à :
– stopper l’activité
– créer une entreprise (immatriculation)
– intégrer la coopérative d’emploi

Dans le cas de la coopérative d’activité, l’entrepreneur-salarié est salarié mais n’a pas de parts dans la coopérative.
Dans le cas de la coopérative d’emploi, l’entrepreneur a prouvé que son activité est viable (dans le cadre de la coopérative d’activité), qu’il a une certaine autonomie dans la gestion et l’apect commercial, il peut, si l’Assemblée Générale de la coopérative l’accepte, intégrer la coopérative « véritablement » en prenant des parts (au niveau du capital et du droit de vote à l’Assemblée Générale).
L’idée est donc de lancer et développer une activité souvent individuelle dans un cadre collectif tendant vers l’échange, la coopération et la mutualisation.

Si je maîtrisais mon métier de concepteur/réalisateur web et de formateur, j’avais de sérieuses lacunes en gestion et commerce, compétences majeures pour développer son activité.
J’ai donc intégré coop'alpha (coopérative d'activité et d'emploi basé à Lormont), il y a 2 ans. Cette structuration et cet environnement m'a permis de monter en puissance dans les domaines de la gestion et de la stratégie commerciale. De mettre en place une offre prenant en compte à la fois le marché et mes spécificités personnelles et professionnelles. De travailler avec d'autres entrepreneurs de la coopérative, de démarrer la mise en place d'un réseau.

+ d'infos sur les coopératives d'activités et d'emploi ici :
http://cooperer.coop/
http://www.entrepreneur-salarie.coop/

Jeudis Multimédias

jeudis multimédias
jeudis multimédias

Mes anciens collègues de médias-cité (Saint-Medard en Jalles, 33) organisent les jeudis multimédias. Il s’agit de conférences/Rencontres où des créateurs multimédias viennent présenter leurs travaux, les commenter, les expliquer et en discuter.
Ces rendez-vous sont ouverts à tous et permettent découverte ou approfondissement de pratiques telles que Art Numérique, créations digitales, Net Art, Installations multimédias…

Le premier jeudi multimédia de la saison 2009/2010 aura lieu le 1er octobre à 19h30 au Centre d’animation de St Pierre à Bordeaux. L’artiste invité sera Jean-Yves Gratius, musicien et créateur d'installations sonores et dispositifs d'interfaces.

A noter aussi que le mardi 13 octobre, un jeudi multimédia aura lieu à la médiathèque de Mérignac à 18h30 avec le collectif Electronic Shadow qui mêle architecture et image numérique et interactivité dans des créations hybrides reconnus et présentés dans le monde entier.

Vous trouverez plus d'informations sur les jeudis multimédias sur le site http://www.jeudis-multimedias.net
Les jeudis multimédias ont lieux sur le territoire Aquitain. Pour ceux qui n'ont pas la chance d'habiter dans le sud-ouest vous pourrez trouver des évènement similaires à l'espace Kawenga de Montpellier ou bien à Paris via les événements Upgrade! ou dorkbot et probablement ailleurs dans des lieux traitant de la culture multimédia.

Digiborigènes 2009

digiborigenes-banniere-thumb1

Je me suis rendu ce samedi matin à Digiborigenes, une journée de conférences/discussions sur le thème d’internet et des pratiques numériques. Cet événement regroupe à la fois des chercheurs, des professionnels et des artistes et c’était, ma foi, fort intéressant. Il y avait peu de monde (tout du moins le matin, je n’ai pu rester l’après-midi) et c’est bien dommage.
Dans un premier temps, Thomas Parisot est intervenu sur « Réussir son blog professionnel", titre de l'ouvrage dont il est l'auteur et récemment paru aux éditions Eyrolles. Son intervention a abordé le blog et son rôle dans l'environnement web 2.0. Une intervention complète abordant décryptage du fonctionnement de la blogosphère, panorama d'outils et méthode pour diffuser au mieux ses informations et son image.

Julien Llamas, professeur de collège en région parisienne a présenté le projet Pédagame qui consiste à utiliser les jeux vidéos au collège. Les séances de jeux vidéos animés par des professeurs ont lieu en dehors des temps scolaires (pour l'instant). On voit alors comment le jeu vidéo peut être un réel outil pédagogique (utiliser un jeu de karaoké pour travailler la prononciation de l'anglais par exemple) mais aussi en un outil social pour créer ou affirmer des groupes ou faire évoluer la relation élève/professeur.

Les conférences continuaient l'après-midi mais j'avais malheureusement d'autres obligations. En tout cas, merci à Yann Leroux pour l'organisation de cette journée.
Pour plus d'infos, vous pouvez vous rendre sur le site de Digiborigènes.