Réalisation du site web de French And You Formation

site web french and you formation

French And You Formation est un organisme de formation qui propose des cours de Français Langue Étrangère à destination de professionnels (secteur médical, restauration, …) étrangers.
Monsieur Pixel a été missionné pour réaliser (design et intégration) le site de web de French and You Formation.
J’ai repris les couleurs (Rouge, blanc et noir) et tendances de la charte graphique de FAY. Le site est un site bilingue basé sur le CMS WordPress. Il est conçu avec un design responsive et propose divers contenu de présentation de l’organisme, notamment les fiches formations (de nouvelles fiches formations vont être mises ne ligne dans les prochains mois) et un blog.

site web de French And You Formation, Organisme de formation en français langie étrang_re à Bordeaux.

Réalisation du site web de Coopalpha Formation

Coopalpha formation

Avec différents formateurs de la coopérative (CAE) Coopalpha, nous avons décidé de développer un site web pour présenter notre offre commune de formation.
Après avoir activement participé à la mis ene place de ce projet, j’ai assuré la partie développement du site. Basé sur un environnement wordpress, le site web présente un catalogue de formation et un annuaire de formateur ainsi que des ressources pour le financement des formations.

Coopalpha Formation, Organisme de formation

Offre commune avec l’Atelier de Soi : un site web professionnel à votre image

Cela fait un petit moment que je connais Nathalie de l’Atelier de Soi qui travaille sur le Conseil en image & communication personnelle / Consulting image & identité professionnelle.
Je l’avais rencontrée il y a plusieurs années lorsqu’elle était passée par Coop’Alpha pour lancer son activité. J’avais trouvé son approche pour le conseil en image intéressante, j’avais aussi remarqué sa connaissance des outils numériques. Continuer la lecture de « Offre commune avec l’Atelier de Soi : un site web professionnel à votre image »

Un reportage interactif sur une entreprise de commerce équitable à l’île Maurice

Je vais y revenir dans un prochain article, j’ai fêté les 5 ans de Monsieur Pixel le 27 novembre 2012.
Cela a été l’occasion de présenter une exposition multimédia composée de plusieurs réalisations et co-réalisations dont « Economie Sociale et Solidaire à l’île Maurice ».
Il s’agit d’un reportage multimédia interactif pour écran tactile. Ce projet a été co-réalisé avec Etik et Sol (Catherine Boutinaud). Continuer la lecture de « Un reportage interactif sur une entreprise de commerce équitable à l’île Maurice »

Lancement de la coopérative d’emploi à Coop’Alpha (Gironde)

Comme je l’ai déjà indiqué sur ce blog, si j’exerce mon activité avec le nom « Monsieur Pixel » (marque déposée), ma surface juridique professionnelle est la coopérative Coop’Alpha. Coop’Alpha est une Coopérative d’Activité et d’Emploi. Ce type de structure permet aux entrepreneurs qui l’intègrent de bénéficier d’un accompagnement (notamment au début avec des ateliers de marketing et de gestion), de pouvoir facturer (avec le numéro SIRET de la coopérative) et de signer un CDI en fonction du Chiffre d’Affaire réalisé. Il y a plein d’avantages à intégrer une CAE :

Continuer la lecture de « Lancement de la coopérative d’emploi à Coop’Alpha (Gironde) »

Concours Etoiles Solidaires

J’ai travaillé sur le projet Etoiles Solidaires : un concours de pages webs à destinations des lycéens d’Aquitaine organisé par le RADSI et le Conseil Régional Aquitaine. Un projet intéressant visant donc à faire plancher les lycéens et leurs enseignants sur la réalisation technique d’un site web (ou blog?) mais aussi sur de la production de contenu éditorial (voire multimédia) sur le sujet d’un portrait d’une personne remarquable par son engagement, son implication dans des dynamiques collectives, ses combats, ses réussites dans un des quatre domaines : l’accès à l’eau, la souveraineté alimentaire, les femmes dans le développement et la finance solidaire. Continuer la lecture de « Concours Etoiles Solidaires »

ecarte de voeux 2012, Mairie de Bassens

En collaboration avec l’agence B au Carré (qui a conçu les cartes de vœux électroniques et papier de la ville de Bassens) et Julien M, j’ai réalisé l’animation graphique pour l’e-carte de vœux de la mairie de Bassens. J’ai assuré l’animation graphique en flash, B au carré a assuré la Conception graphique et Julien M le développement back-office (interface administration) permettant de personnaliser le texte des vœux.

Une maquette du travail est visible ici

Mise en ligne du blog du commerce équitable en Aquitaine

En collaboration avec l’association Bellibulle, j’ai réalisé le blog du commerce équitable en Aquitaine. Un blog à tendance magazine rassemblant acteurs et informations liés au Commerce équitable en Aquitaine. Le site basé sur l’environnement wordpress dispose d’un forum de discussion, d’un diaporama photo en bannière, d’un agenda et de formulaires avancés. J’ai réalisé le développement et l’intégration complète du site.
Le graphisme réalisé par Laura de Bellibulle arbore des couleurs orangé, beige et grenat rapellant les matières naturelles et les cultures Africaines ou amérindiennes.
Ce projet est financé par la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire d’Aquitaine.

Blog du commerce équitable en Aquitaine

voir le blog du commerce équitable en Aquitaine : http://blog.commerce-equitable-aquitaine.com/

participation à une table ronde sur l’étude de marché

J’ai participé mardi à une table ronde sur l’étude de marché dans le cadre de la journée de l’entrepreneuriat jeunes à Talence (près de Bordeaux) organisé par Talence Innovation. J’ai été invité à témoigner sur le lancement d’une activité par le biais d’une coopérative d’activité et d’emploi, et ce pour illustrer la présentation du fonctionnement de ce type de coopérative par Marie-Josée Daubigeon, directrice de coop’alpha, la coopérative dont je fais partie.
Pour cette table ronde, il y avait 3 intervenants : Monsieur Bellet professeur et consultant à Sup de Co La Rochelle, Marie-Josée et moi-même.
Je m’attendais à des visions assez différentes entre Monsieur Bellet et la coopérative et finalement de grandes lignes communes sont apparues concernant le lancement d’une activité de commerce ou de service.

  • D’abord, un des premiers dangers consiste à penser que son produit ou son service est bon de par sa qualité (technique, fonctionnelle, volume, …) intrinsèque alors qu’une offre est bonne si elle correspond à un besoin et qu’elle est mise en œuvre pour répondre à ce besoin.
  • Ensuite, dans le cadre d’une étude de marché réalisé par un tiers, il est important de s’impliquer dans cette étude. Personne mieux que l’entrepreneur ne peut comprendre son marché et connaitre son propre potentiel.
  • Enfin, il est important de réellement se confronter au marché et aux clients potentiels pour comprendre leur mode de pensée et de fonctionnement, comprendre les réalités et l’enjeu de leurs activités et pour mettre en place cette confrontation certaines possibilités ont été abordées. On peut, bien sur intégrer une coppérative d’activité et d’emploi, ce qui permet de commencer à travailler et facturer sans s’immatriculer. On peut utiliser des outils web 2.o comme les blogs pour recueillir les réactions de clients potentiels sur internet (attention au différentiel entre le déclaratif et l’engagement réel) ou encore louer un espace de vente de manière temporaire pour tester un produit face aux clients.
  • Aussi, il est bien sur important d’analyser le marché au moment de lancer un activité mais cette analyse doit être menée en permanence car les marchés, les tendances, les besoins, la concurrence évoluent constamment. Le positionnement des prestataires d’un marché doit aussi évoluer sans cesse.

Une question de l’assistance portait sur la problématique de la protection (brevets,…) de produits innovants pour une entreprise jeune ou en voie de création. On se rend compte qu’il est difficile de réellement se protéger des grands groupes pour des questions de moyens et qu’il vaut mieux viser à renouveler l’innovation et qu’être le premier à proposer un service ou un produit donne une longueur d’avance.

Coopératives d’activités et d’emploi

logo_coopLorsque j’ai décidé de me lancer en indépendant, j’ai pendant plusieurs mois cherché un statut. Je souhaitais pouvoir facturer rapidement car j’avais des clients intéressés et j’avais en prévision un panel d’activités différentes (graphisme et webdesign, conception et développement web, réalisation multimédia, formation et conseil).
C’est à la chambre du commerce qu’on m’a parlé des coopératives d’activités et d’emploi.

Les coopératives d’activités et d’emplois sont des SCOOP (j’expliquerais dans un prochain post, les spécificité de ces sociétés), elles accueillent des entrepreneurs ayant des projets individuels (ou des projets impliquant quelques personnes).

Pour une personne souhaitant créer son entreprise, l’intérêt d’intégrer une coopérative d’activité est multiple.
D’abord le fait d’être accompagné, une équipe de permanents de la coopérative met en place des ateliers de marketing et de gestion et effectue un suivi individuel régulier. Le fait d’être en contact avec des gens qui ont des problématiques similaires permet d’échanger des méthodes ou outils et de rompre un isolement. Cet environnement permet de développer un réseau et de combler un éventuel déficit de culture entreprenariale (çà m’a vraiment servi. par exemple je n’avais jamais fait un devis ou vendu quoi que ce soit avant d’arriver à coopalpha. Et dans ces domaines j’ai pu être aidé et discuter avec d’autres entrepreneurs des problèmes rencontrés et des stratégies à mettre en œuvre).

L’intérêt porte aussi dans le fait de mutualiser différentes choses (assurances, matériels,…) et de participer à une dynamique collective (tous les entrepreneurs se réunissent une fois par mois pour partager un repas).

La coopérative d’activité correspond à une phase de démarage de 3 ans maximum qui peut amener à :
– stopper l’activité
– créer une entreprise (immatriculation)
– intégrer la coopérative d’emploi

Dans le cas de la coopérative d’activité, l’entrepreneur-salarié est salarié mais n’a pas de parts dans la coopérative.
Dans le cas de la coopérative d’emploi, l’entrepreneur a prouvé que son activité est viable (dans le cadre de la coopérative d’activité), qu’il a une certaine autonomie dans la gestion et l’apect commercial, il peut, si l’Assemblée Générale de la coopérative l’accepte, intégrer la coopérative « véritablement » en prenant des parts (au niveau du capital et du droit de vote à l’Assemblée Générale).
L’idée est donc de lancer et développer une activité souvent individuelle dans un cadre collectif tendant vers l’échange, la coopération et la mutualisation.

Si je maîtrisais mon métier de concepteur/réalisateur web et de formateur, j’avais de sérieuses lacunes en gestion et commerce, compétences majeures pour développer son activité.
J’ai donc intégré coop’alpha (coopérative d’activité et d’emploi basé à Lormont), il y a 2 ans. Cette structuration et cet environnement m’a permis de monter en puissance dans les domaines de la gestion et de la stratégie commerciale. De mettre en place une offre prenant en compte à la fois le marché et mes spécificités personnelles et professionnelles. De travailler avec d’autres entrepreneurs de la coopérative, de démarrer la mise en place d’un réseau.

+ d’infos sur les coopératives d’activités et d’emploi ici :
http://cooperer.coop/
http://www.entrepreneur-salarie.coop/