Bonne Année 2010

Je souhaite à tout le monde mes meilleurs voeux pour 2010.

J'ai réalisé une carte de vœux animée en collaboration avec le sound designer Duk Prod.
vous pouvez l'écouter et la visionner ici.

Coopératives d’activités et d’emploi

logo_coopLorsque j’ai décidé de me lancer en indépendant, j’ai pendant plusieurs mois cherché un statut. Je souhaitais pouvoir facturer rapidement car j’avais des clients intéressés et j’avais en prévision un panel d’activités différentes (graphisme et webdesign, conception et développement web, réalisation multimédia, formation et conseil).
C’est à la chambre du commerce qu’on m’a parlé des coopératives d’activités et d’emploi.

Les coopératives d’activités et d’emplois sont des SCOOP (j’expliquerais dans un prochain post, les spécificité de ces sociétés), elles accueillent des entrepreneurs ayant des projets individuels (ou des projets impliquant quelques personnes).

Pour une personne souhaitant créer son entreprise, l’intérêt d’intégrer une coopérative d’activité est multiple.
D’abord le fait d’être accompagné, une équipe de permanents de la coopérative met en place des ateliers de marketing et de gestion et effectue un suivi individuel régulier. Le fait d’être en contact avec des gens qui ont des problématiques similaires permet d’échanger des méthodes ou outils et de rompre un isolement. Cet environnement permet de développer un réseau et de combler un éventuel déficit de culture entreprenariale (çà m’a vraiment servi. par exemple je n’avais jamais fait un devis ou vendu quoi que ce soit avant d’arriver à coopalpha. Et dans ces domaines j’ai pu être aidé et discuter avec d’autres entrepreneurs des problèmes rencontrés et des stratégies à mettre en œuvre).

L’intérêt porte aussi dans le fait de mutualiser différentes choses (assurances, matériels,…) et de participer à une dynamique collective (tous les entrepreneurs se réunissent une fois par mois pour partager un repas).

La coopérative d’activité correspond à une phase de démarage de 3 ans maximum qui peut amener à :
– stopper l’activité
– créer une entreprise (immatriculation)
– intégrer la coopérative d’emploi

Dans le cas de la coopérative d’activité, l’entrepreneur-salarié est salarié mais n’a pas de parts dans la coopérative.
Dans le cas de la coopérative d’emploi, l’entrepreneur a prouvé que son activité est viable (dans le cadre de la coopérative d’activité), qu’il a une certaine autonomie dans la gestion et l’apect commercial, il peut, si l’Assemblée Générale de la coopérative l’accepte, intégrer la coopérative « véritablement » en prenant des parts (au niveau du capital et du droit de vote à l’Assemblée Générale).
L’idée est donc de lancer et développer une activité souvent individuelle dans un cadre collectif tendant vers l’échange, la coopération et la mutualisation.

Si je maîtrisais mon métier de concepteur/réalisateur web et de formateur, j’avais de sérieuses lacunes en gestion et commerce, compétences majeures pour développer son activité.
J’ai donc intégré coop'alpha (coopérative d'activité et d'emploi basé à Lormont), il y a 2 ans. Cette structuration et cet environnement m'a permis de monter en puissance dans les domaines de la gestion et de la stratégie commerciale. De mettre en place une offre prenant en compte à la fois le marché et mes spécificités personnelles et professionnelles. De travailler avec d'autres entrepreneurs de la coopérative, de démarrer la mise en place d'un réseau.

+ d'infos sur les coopératives d'activités et d'emploi ici :
http://cooperer.coop/
http://www.entrepreneur-salarie.coop/

Jeudis Multimédias

jeudis multimédias
jeudis multimédias

Mes anciens collègues de médias-cité (Saint-Medard en Jalles, 33) organisent les jeudis multimédias. Il s’agit de conférences/Rencontres où des créateurs multimédias viennent présenter leurs travaux, les commenter, les expliquer et en discuter.
Ces rendez-vous sont ouverts à tous et permettent découverte ou approfondissement de pratiques telles que Art Numérique, créations digitales, Net Art, Installations multimédias…

Le premier jeudi multimédia de la saison 2009/2010 aura lieu le 1er octobre à 19h30 au Centre d’animation de St Pierre à Bordeaux. L’artiste invité sera Jean-Yves Gratius, musicien et créateur d'installations sonores et dispositifs d'interfaces.

A noter aussi que le mardi 13 octobre, un jeudi multimédia aura lieu à la médiathèque de Mérignac à 18h30 avec le collectif Electronic Shadow qui mêle architecture et image numérique et interactivité dans des créations hybrides reconnus et présentés dans le monde entier.

Vous trouverez plus d'informations sur les jeudis multimédias sur le site http://www.jeudis-multimedias.net
Les jeudis multimédias ont lieux sur le territoire Aquitain. Pour ceux qui n'ont pas la chance d'habiter dans le sud-ouest vous pourrez trouver des évènement similaires à l'espace Kawenga de Montpellier ou bien à Paris via les événements Upgrade! ou dorkbot et probablement ailleurs dans des lieux traitant de la culture multimédia.

Digiborigènes 2009

digiborigenes-banniere-thumb1

Je me suis rendu ce samedi matin à Digiborigenes, une journée de conférences/discussions sur le thème d’internet et des pratiques numériques. Cet événement regroupe à la fois des chercheurs, des professionnels et des artistes et c’était, ma foi, fort intéressant. Il y avait peu de monde (tout du moins le matin, je n’ai pu rester l’après-midi) et c’est bien dommage.
Dans un premier temps, Thomas Parisot est intervenu sur « Réussir son blog professionnel", titre de l'ouvrage dont il est l'auteur et récemment paru aux éditions Eyrolles. Son intervention a abordé le blog et son rôle dans l'environnement web 2.0. Une intervention complète abordant décryptage du fonctionnement de la blogosphère, panorama d'outils et méthode pour diffuser au mieux ses informations et son image.

Julien Llamas, professeur de collège en région parisienne a présenté le projet Pédagame qui consiste à utiliser les jeux vidéos au collège. Les séances de jeux vidéos animés par des professeurs ont lieu en dehors des temps scolaires (pour l'instant). On voit alors comment le jeu vidéo peut être un réel outil pédagogique (utiliser un jeu de karaoké pour travailler la prononciation de l'anglais par exemple) mais aussi en un outil social pour créer ou affirmer des groupes ou faire évoluer la relation élève/professeur.

Les conférences continuaient l'après-midi mais j'avais malheureusement d'autres obligations. En tout cas, merci à Yann Leroux pour l'organisation de cette journée.
Pour plus d'infos, vous pouvez vous rendre sur le site de Digiborigènes.